transphotographiques 2016

Les Transphotographiques est un festival photo, qui se tient à Lille jusqu’au 31 juillet. Se déployant sur toute la ville et la métropole, le festival 2016 est intitulé These Americans. N’ayant pas pas eu l’occasion m’y rendre plutôt, je vous livre seulement maintenant une impression à chaud et toute personnelle. Je n’ai pu m’empêcher d’avoir une pensée émue pour Sandrine Derym en entrant dans le bâtiment du Tri Postal, où se situe le point névralgique du festival. Au programme de cette édition : Capa en couleurs, Jean-Pierre Laffont, Jeffrey A. Wollin…

7c6abbcf2a50d760329f6d0b44066e70

Ce que je retiendrai immédiatement de cette édition, ce sont les photographes de la Bourse du Talent et l’esapce consacré aux travaux de Jérémie Lenoir. L’exposition de Robert Capa qui se focalise sur ses photographies en couleur est de très haute qualité, mais j’y suis resté assez insensible.

Parmi les lauréats de la Bourse du Talent, mon attention s’est portée tout particulièrement sur les photos d’Albin Millot et de Laurent Kronental (catégorie Paysage) et de Pierre Faure (catégorie Portrait).

Albin Millot

Issue d’un travail réalisé au sein du collectif  Franc(e)s, Territoire Liquide, Albin Millot présente une sélection de la série nommée Les limites de la France, les limites d’un territoire.
Né en 1977, Albin Millot est un photographe vivant et travaillant à Paris.

LIMITES-1

Cette série – très sombre – est une exploration de territoire et une recherche sur la notion de zone, de frontière, de délimitation. En parcourant les contours et en tentant d’atteindre les limites de l’espace français, Albin Millot s’interroge en photographiant ces espaces limitrophes :  comment un lieu devient un jour un seuil entre deux pays ?

027-Point-Extrême-Sud-Puig-de-Coma-Negra-Lamanère-Pyrénées-Orientales-42°1958.84_N-2°3158.62_E-003

Laurent Kronental

Souvenir d’un Futur est un travail qu’a réalisé Laurent Kronental sur les grands ensembles de la région parisienne et sur la vie des seniors dans ces univers architecturaux ex-avant-gardistes.

Laurent-Kronental_-31

Empreint d’une certaine mélancolie, les paysages lumineux et pleins de détails sont réalisés avec une chambre grand format 4×5. J’avais déjà repéré ce photographe autodidacte de Courbevoie, né en 1987, au travers de ses publications sur le web et dans un reportage sur Arte TV, mais c’était l’occasion de voir ses images in situ.

Laurent-Kronental_-201

Pierre Faure

Pierre Faure est un photographe né en 1972 à Nice, vivant et travaillant dans les Yvelines.
La sélection d’images pour les Transphotographiques est issue d’une série appelée Les gisants. Dans l’art chrétien médiéval, le mot « gisant » désigne une sculpture funéraire représentant un personnage généralement à plat-dos.

045876_002

Pierre Faure offre une relecture de cette iconographie en photographiant la population des sans-abris dans les locaux de l’Association Les Œuvres de La Mie de Pain.

045867

Jérémie Lenoir

Enfin, ma dernière découverte lors de cette visite est le travail photographique de Jérémie Lenoir.
Jérémie Lenoir est un photographe français né en 1983, vivant et travaillant à Tours. S’inspirant de l’académie de Düsseldorf (en adoptant non pas un cadrage frontal mais aérien et vu du ciel, mais aussi en optant pour un protocole minutieux de lumière neutre avec des photos prises à midi),  tout en s’imprégnant des peintres expressionnistes abstraits, il capture des paysages géométriques ou désertiques, abandonnées et texturés, et les transfigure en images abstraites, quasi conceptuelles.

jeremielenoir_marges_01

jeremielenoir_zeropolis_05

test Voight-Kampff

Terence Broad est étudiant en master d’informatique appliquée aux arts, vivant à Londres. Il a récemment eu recours à un autoencoder (en quelque sorte une intelligence artificielle capable d’évoluer par un processus d’apprentissage, soit une machine learning) dans un usage digne de Philip K.Dick.

Board souhaitait que son programme informatique puisse décoder et encoder une vidéo, et ceci image par image, mais surtout par elle-même : c’est-à-dire sans s’appuyer sur des paramètres définis par un humain. C’est donc l’autoencoder qui devait adapter ses analyses et ses comportements, en fonction de ce qu’il avait déjà appris et déjà expérimenté. Dans un premier temps, Terence Broad entraîna donc l’autoencoder à regarder un film. De cette manière, le logiciel pouvait être en mesure de le reconnaître parmi d’autres films.

tumblr_nowzkdh4la1rtmheqo1_500

La seconde étape consistait à laisser le programme reconstituer les images une par une, en tentant de ressembler le plus possible aux images d’origine, pour enfin reconstruire les séquences du film. L’autoencoder reconstitue donc un film qui correspond à l’interprétation que celui-ci se fait du long métrage original. Le logiciel ne dispose pas de toutes les potentialités pour reproduire le film, mais ses capacités lui permettent néanmoins de comprendre comment le film est fait.

Et là où le projet devient complétement schizophrénique, c’est lorsque Terence Broad entraîna l’autoencoder à regarder Blade Runner, soit le film ultime qui brouille les pistes entre le modèle et la duplication. La version générée par l’autoencoder est donc la vidéo suivante. Il ne s’agit pas d’une copie du film mais bien d’une recréation du film par le réseau de neurones artificiels.

Et l’on se trouve dans la situation où une machine a reproduit un film artificiel avec des cyborgs à l’intelligence artificielle qui imitent les humains.

Mais la confusion ne s’arrête pas là. Le projet atteint un niveau complétement dickien.
Warner Bros – pris au piège de ce simulacre –  a demandé à Terence Broad de supprimer la vidéo pensant qu’il s’agissait du film original de Ridley Scott.

source : vox.com
[table “4” not found /]

generative fractal cities

Daniel Brown est à la fois artiste, programmeur et designer. Tout récemment, il a développé un algorithme générant des patterns, des structures fractales de cités imaginaires cubiques. Cette série intitulée Travelling by Numbers présente des images de villes futuristes s’étendant à outrance, multipliant les surfaces et les angles.

26365985090_492b9e368b_k

26033345374_37293c25c8_k

26612651506_cab1e2a078_k

26573661071_fc50f8c878_k

26546184232_b904de2945_k

26366067190_0fb980fdb1_k
source : Dantilon: The Brutal Deluxe

2k16•06

June’s playlist for the sixth part of the year_

1280

no source

Toutes les précédentes playlists sont disponibles sur SoundCloud