Creeper Magazine

J’ai le plaisir de vous annoncer la sortie du numéro 01 de la revue CREEPER auquel je participe avec quelques unes de mes photos. Il s’agit de ma première incursion dans l’édition anglo-saxonne et je suis très fier de participer au lancement de cette revue mêlant littérature, graphisme et photographie.

Weird crime, conspirations, paranoia, folklore, occulte, modern myth, bizarre philosophy, fringe tech et explosions des genres fictionnelles : CREEPER est cette sorte de magazine qui ne pourrait pas forcement exister dans les publications mainstream. Dans ce premier numéro, retrouvez les auteurs suivants : Ganzeer, Helena Papageorgiou, Elytron Frass, Sean Oscar, Tom Syverson, Sophie Sauzier, Corey J. White, Ben Nichols, Jon Weber, Ben McLeay, Benoît Debuisser, I. Caniveau, Murdoch Stafford, Lachlan Barker, Bart Kelly, J. Clement, John English, M1K3Y, Austin Armatys et beaucoup d’autres !

Vous pouvez acheter en ligne le numéro 001 en version papier ou numérique, édité par Oh Nothing Press.

 

The Twilight Children

Mes dernières lectures de comics ont été de belles découvertes et la première que je souhaite vous faire partager est la mini-série en quatre parties intitulée The Twilight Children.

Capture2

Écrit par Gilbert Hernandez (Love and Rockets), la partie graphique est assurée par Darwyn Cooke, dessinateur issu de l’animation s’étant fait une place de prestige dans le dessin. Son style – à la fois épuré mais sombre – donne un côté rétro à cette histoire.

Capture

En lisant ce premier épisode, j’ai immédiatement pensé au Village des Damnés, même si l’ambiance est beaucoup moins lugubre que le film. Mais, la situation de départ est assez voisine : un petit village côtier aux allures chicanos ou latino est le théâtre d’un phénomène mystérieux. Une sphère de lumière apparait aux enfants, puis explose, les rendant aveugles.

Une femme aux cheveux diaphanes fera également son apparition et sera accueillie par les habitants du village. Les mystères s’installent et perturbent la (semi-)quiétude de la commune de pécheurs. Alertées par ces évènements, les autorités dépêchent un enquêteur…

Si l’ambiance 50’s, le graphisme épuré et le récit linéaire pourraient donner l’impression d’une simple historiette fantastique, il ne faut pas s’y méprendre. Hernandez et Cooke (qui collaborent ici pour la première fois ensemble) ne sont pas des premiers venus dans la narration graphique et prouvent que la limpidité ne se décrète pas.
Je ne serai pas étonné de voir apparaître assez rapidement une édition traduite en français de Twilight Children.
La rencontre de ces deux auteurs n’est pas qu’un prétexte éditorial, mais donne bien lieu à une création et un échange artistiques.

 

The Twilight Children (DC – Vertigo)